Les salades de Brooklyn

Le lundi 8 avril 2013 par Asteur-Amérique

Après les Montréalais des fermes Lufa, c’est au tour de New York,en pleine lutte contre l’obésité et la mal-bouffe, et plus exactement de Brooklyn, de produire des salades sur les toits de ses immeubles grâce à Ghotam Greens, la seule ferme urbaine de la ville, crée par Viraj Puri et Eric Haley, qui ait atteint une dimension commerciale.

Comme ses homologes québécois, l’entreprise a construit une serre hydroponique au dessus d’un immeuble du quartier de Greenpoint - bien évidemment ! - dans Brooklyn. Autrement dit, sur plus de 1.000 m2, les plantes poussent dans de la laine de verre ou autre substrat. Elles ne sont pas plantés dans la terre. Tous les nutriments nécessaire à leur croissance arrivent via des systèmes d’irrigation très contrôlés. La faible quantité d’eau nécessaire à ce type de culture est d’ailleurs un des arguments mis en avant pour leur promotion : elle en utiliserait 70 à 80% de moins que l’agriculture traditionnelle. L’essentiel de l’énergie nécessaire à la production, notamment pour chauffer les serres l’hiver, vient de panneaux solaires installés sur le toit.

Les serres protègent également les légumes de biens des problèmes. L’environnement très contrôlé permet, a priori, de limiter les infections, les contaminations et surtout, la croissance des légumes est indépendante du temps. Les serres sont donc bien plus rentable puisqu’elle permette de ne perdre que 10% de la production, là où l’agriculture traditionnelle en perd beaucoup plus. Le tout, sans pesticides...

Enfin, le dernier argument, essentiel, c’est la fraîcheur des produits (même si on peut questionner le goût de salades et de légumes qui n’ont pas connu la terre et ses aléas et qui poussent dans un environnement quasiment « médicalisé » !). Il n’y a presque pas de transport puisque les clients, dans un tel environnement urbains, sont autour de la ferme. Gotham Greens fournit en salades (deux ou trois sortes) et en basilic une trentaine d’épicerie et de restaurants dans toute l’agglomération new-yorkaise. On ne peut pas faire plus locavore...

Un avantage que Whole Foods, une chaine de supermarchés spécialisés dans les produits biologiques (tendance et assez chère) qui vend déjà les salades de Gotham Greens dans sept magasins new-yorkais, a décidé d’exploiter pour son prochain magasin de Brooklyn dont la date d’ouverture est prévue à l’automne 2013 : les 1800 m2 de serres seront, tout simplement, au dessus du magasin.

Même si ce type d’agriculture industrielle et urbaine ne nourrira probablement pas les villes, elle devient néanmoins, de plus en plus, une réalité au fur et à mesure que les toits des villes nord-américaines se couvrent de serres.

> Pour aller plus loin : lire le magazine en ligne, très soigné, de Whole Foods

Source de l’illustration : Whole Foods

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

Blogueville

A priori, rien n’effraye plus l’automobiliste américain que le rond point. La Place de l’Étoile à Paris en est le parangon. Pourtant, au pays du plan carré, les choses changent...

Les vins californiens, le jugement de Paris et... le réchauffement climatique.

Le marché aux poissons de Washington : une institution populaire menacée...

Manger sain et bio est une mode qui se développe aux Etats-Unis, mais qui reste quand même encore assez réservée à une élite.

Si vous aimez le bacon au petit déjeuner, ne vous arrêtez pas là. Les Américains, eux, le mettent à toutes les sauces.

La tradition québécoise de la cabane à sucre vue, non sans humour, par une blonde, jeune, jolie et mince... et qui aimerait bien le rester.