Winnipeg, capitale mondiale des PME

Le mardi 19 octobre 2010 par Asteur-Amérique

Au printemps 2010, Futurallia a fêté ses vingt ans. Fondé en 1990 par le Conseil général de la Vienne, en France, l’évènement avait pour ambition de changer la manière dont on faisait les grandes messes entrepreneuriales. Au lieu que les chefs d’entreprises de moyennes ou de petites tailles assistent, plus ou moins passivement, à des conférences, Futurallia leur proposait, pendant deux jours, de se rencontrer entre eux pour stimuler des partenariats. C’était un simple retour aux fondamentaux de l’entrepreneuriat.

Quel rapport avec Winnipeg et le Manitoba ?

Futurallia a fait des petits. Des évènements similaires sont organisés un peu partout dans le monde, en partenariat avec l’association d’origine, et le 20 octobre prochain, Winnipeg accueille Centrallia. Impossible de trouver meilleur nom : le Manitoba est au centre du Canada habité et au cœur du Corridor de commerce Nord-Sud de l’Amérique du Nord.

L’évènement, icitte, est organisé par l’Anim, l’agence nationale et internationale du Manitoba. Cette agence bilingue a une vocation économique clairement francophone :

En misant sur son avantage bilingue, l’Agence nationale et internationale du Manitoba (ANIM) a pour but de promouvoir et développer l’économie du Manitoba auprès des marchés francophones canadiens et internationaux, avec une emphase particulière sur le Québec, la France et la Belgique.

On pourrait rajouter qu’elle entretient également des rapports privilégiés avec l’Afrique du Nord (Tunisie) et qu’elle encourage l’immigration d’affaire francophone. Si vous êtes entrepreneur, que vous parlez le Français et que vous souhaitez vous installer au centre du Canada, adressez-vous à elle
 [1]. L’Accueil francophone est une des qualités et un des objectifs des institutions franco-manitobaines.

Reconnu comme une terre d’accueil en raison de sa pluralité ethnique et culturelle, le Manitoba a plus que jamais à cœur d’accueillir dignement les personnes immigrantes et de leur procurer un tissu social et économique nécessaires en vue de s’épanouir. Fort de son économie saine et en constante évolution, le Manitoba français s’avère d’autant plus, un lieu intéressant pour les nouveaux arrivants d’expression française désirant s’établir en Amérique du nord.

Au Manitoba, particulièrement depuis 1999, de nouveaux arrivants d’expression française en provenance de l’extérieur du pays se présentent en plus grand nombre. Pour la communauté franco-manitobaine, il s’agit donc d’un nouveau défi pour accélérer l’inclusion de ces personnes dans la communauté.

C’est que le Manitoba a une longue et fière histoire francophone et, plus spécifiquement, de culture Métisse. Une culture, et des langues, née de la rencontre des coureurs des bois et des tribus amérindiennes des grandes plaines. A l’époque déjà, on faisait des affaires. Cette culture se retrouve aujourd’hui dans les quartiers francophones de Winnipeg ou dans les villes bilingues du Manitoba (C’est si bon !) et surtout dans cette volonté pratique d’utiliser la francophonie canadienne (pdf) et internationale pour trouver de nouveaux débouchés commerciaux. En période de crise économique, c’est un avantage non négligeable.

C’est donc dans ce contexte particulièrement favorable qu’aura lieu Centrallia, du 20 au 22 octobre 2010. 500 personnes, soit plus de 70 délégations, sont désormais attendus : à Winnipeg, la diversité linguistique est une chance pour les affaires, une chance pour le Manitoba.

Pour en savoir plus

Consulter le sitoile de Centralia, disponible intégralement en trois langues :

www.centralia.com

Source de l’illustration : www.centralia.com

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

[1S’il est toujours réconfortant, dans l’objectif d’un monde multipolaire et diversifié, de voir les efforts entrepris par les provinces canadiennes pour faire valoir la force économique de leur multiculturalisme, il est, en revanche, toujours très triste et pathétique de constater le processus inverse, amèrement ridicule, entrepris par les régions françaises et leur élites aliénées. La ségrégation linguistique y avance chaque jour. Conséquence tangible de l’effort linguicide mener depuis des années par les institutions européennes et la commission en particulier.


Blogueville

Le billet de « Yann », détaillé et documenté, sur le plan de relance de Barack Obama.

Impressions de Pierre-Yves Dugua, journaliste économiste bon teint au Figaro, sur l’économie américaine...

Quand les vessies françaises tentent de ressembler aux lanternes américaines.

Wall-Mart, la chaine géante de magasin arrive-t-elle au bout de sa logique ?

La capitale fédérale était noire, mais avec les chiffres du dernier recensement, elle perd cette particularité.