Les Terre-neuvas de la French shore ont leur tapisserie de Bayeux

Le dimanche 7 novembre 2010 par Asteur-Amérique

Guillaume le Conquérant traversa la Manche avec ses Normands pour conquérir l’île de Bretagne. 500 ans plus tard, les marins basques et bretons traversèrent l’Atlantique - sans oublier que les aïeux de Guillaume avaient traversé l’Atlantique quelques siècles avant lui pour s’installer du côté de Terre-Neuve (Vinland) - pour aller conquérir les bancs de Terre-Neuve et en 2004, l’Acadie fêta ses 500 ans de présence française sur l’île.

Où est le rapport entre ses deux évènements ?

Les deux histoires sont aujourd’hui racontées sous forme de tapisseries. Celle de Guillaume est connue sous le nom de tapisserie de Bayeux, celle des Acadiens de Terre-Neuve sera désormais connue sous le nom de tapisserie de la French shore (de la côte française), ou tapisserie de Conche, le port de Terre-Neuve où elle a été brodée.

L’histoire de cette nouvelle tapisserie a commencé en 2006 quand un artiste français, Jean Claude Roy, vivant entre France et Terre-Neuve et peintre des principales communautés de la French shore, et sa femme, Christina Roy, passionnée de broderie, décident de raconter l’histoire des Acadiens de la côte française sur le modèle de celle de Bayeux. Après avoir trouver des brodeuses compétentes, 12 en tout, à Conches et surtout assez motivées pour se lancer dans l’aventure, il leur faudra deux ans et près de 20 000 heures de travail pour venir à bout des 72 mètres de la tapisserie.

Pour les aider à raconter cette histoire, les concepteurs ont fait appel à la Société historique de la French shore, l’acteur patrimonial principal de ce bout de Terre-Neuve, responsable, entre autre, du centre d’interprétation de Conche où la tapisserie est exposée.

Si grâce à son aide et au travail de Christina Roy, la création de la tapisserie à bénéficier d’importantes recherches historiques et iconographiques, la tapisserie n’est pas un cours d’histoire. Elle est plutôt un conte légendaire qui maille ensemble faits historiques et éléments imaginaires. L’histoire commence donc à la genèse, évoque le légendaire moine navigateur irlandais St Brendan, raconte le passage des Vikings - l’Anse au Meadows (prairies), lieu archéologique Viking, est situé au nord de la French shore - puis en vient au premier pêcheurs de morue et ainsi de suite jusqu’à la communauté actuelle.

Par sa dimension peu commune, la tapisserie de Conche, comme celle de Bayeux, en France, sera un grand attrait touristique pour cette petite communauté rurale de la Péninsule nord de Terre-Neuve. Elle s’inscrira désormais dans le circuit des visites des sites historiques et archéologiques dans ce coin d’Amérique qui fut pendant longtemps une des portes d’entrée du continent.

A voir ici : Tapisserie de la French Shore

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

Blogueville

Victimes de la crise de la pomme de terre, la migration des irlandais en Amérique fut une épopée tragique. Montréal en a gardé une trace, une petite pierre que la ville moderne à presque avalée..

Allen Ginsberg, poète de la contre-culture, voit son long poème controverser mis en film.

Alabama, mon amour a testé, pour vous, La couleur des sentiments de Kathryn Stockett auprès des lecteurs américains.

Tom Otterness est de plus en plus présent dans les rues de New York. Petite découverte avec Dolce Vita.

Les lectures d’American Polyphony : Une odyssée américaine de Jim Harrison.