La mer de Beaufort sous haute surveillance
Les Territoires du Nord-Ouest ne veulent pas d’une marée noire

Le mercredi 14 juillet 2010 par Asteur-Amérique

A l’opposé du Golfe du Mexique, au nord-ouest du continent nord-américain, la mer de Beaufort possède aussi d’importantes ressources pétrolières et gazières. Pour dire, la ville d’Inuvik a tenu au mois de juin son dixième Congrès annuel de l’industrie pétrolière. Là-haut comme au Sud, il faut aller forer en eaux profondes pour les exploiter. La situation géographique est semblablement la même puisque si le Père des eaux, le Mississippi, se jettent dans le Golfe du Mexique, son cousin du Nord, le fleuve Mackenzie, le plus long fleuve du Canada, se jette dans la mer de Beaufort. Son immense delta abrite lui aussi d’importantes colonies d’oiseaux et une grande richesse biologique de toute sorte d’espèces. [1] Or, certains de ces gisements seront mis en exploitation dans les années à venir. Les appels d’offres ont été lancés au mois de mars et clôturés par le gouvernement du Canada le 6 juillet 2010.

La marée noire de British Petroleum change cependant un peu la donne et ce qui aurait pu se faire dans la grande discrétion habituelle des concessions de cette engeance prend aujourd’hui une dimension publique et politique. Les habitants et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest n’ont en effet aucune envie de vivre une aventure similaire aux Louisianais et autres habitants des côtes du Golfe du Mexique. D’autant que le delta du Mackenzie est beaucoup moins accessible et habité que celui du Mississippi. Autre petit détail : il est englacé une bonne partie de l’année.

Le ministre ténois de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, Bob McLeod déclarait donc récemment au journal L’Aquilon [2]

« Mon message est clair, le gouvernement des TNO ne soutient pas l’exploration pétrolière et gazière à n’importe quel prix. […] Nous pourrions demander aux exploitants d’[assumer l’intervention], mais nous pensons également que le gouvernement fédéral devrait investir dans plus de projets d’infrastructure. »

La région est en effet face à un dilemme, d’une part profiter de la manne du pétrole et de ressources gazières, mais sans nuire à l’environnement. Si l’on en croit Zachary Richard, la Louisiane peut être un modèle à bien des égards ... qu’il ne faut surtout pas suivre !

Lire l’article de l’Aquilon ici.

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

[2Le journal l’Aquilon est le journal d’information en français des Territoires du Nord-Ouest


Blogueville

Le cheval est un des symboles de l’Amérique. On le chérit et surtout on ne le mange pas... mais on en exporte la viande.

Caamano Sound est serait le point d’arrivée de l’oléoduc Northern Gateway. Ils doit alimenter des super-pétroliers à destination de la Chine, notamment. (Voir la vidéo contenue dans l’article)

Sous les tempêtes de sable de l’Arizona. Occasionnel, le phénomène devient de plus en plus fréquent.

Débats autour de la taxe carbone dans les territoires du Nord-Ouest et du projet de gazoduc qui devrait livrer le nord-canadien aux pétrolières.

Les Territoires du Nord-ouest sont en passe de devenir les gérants de leurs ressources naturelles. Une décision qui ne plaît pas aux Premières nations et qui pourraient avoir des conséquences importantes sur l’environnement.

La société grenobloise POMA reconstruit le tramway de New-York. Un transport par câble de plus de 960 mètres entre l’île Roosevelt et Manhattan.