Un pape et quelques saints au chevet des pêcheurs de Louisiane.
Les célébrités de Louisiane à la rescousse.

Le mercredi 9 juin 2010 par Asteur-Amérique

Face à la catastrophe pétrolière, les Louisianais ne peuvent, pour la plupart, faire qu’une chose : prier [1] ... et faire des dons, mais cela va ensemble depuis longtemps. Aider concrètement n’est pas donner à tout le monde, nettoyer les plages est toxique et dangereux et de toute façon interdit par la compagnie pétrolière BP qui contrôle toutes les opérations et bloque les plages ; la compagnie montre une certaine habileté à gérer les fuites ... mais dans la presse uniquement.

A défaut, apporter du réconfort aux populations les plus touchées est un autre moyen d’agir. Pour des Saints, du moins, c’est la moindre des choses. Les pêcheurs de la paroisse [2] de Plaquemines, de la dentelle de terre en mer [3], là où le Mississippi termine sa course et se jette dans le Golfe et donc la paroisse la plus menacée par la pollution, ont reçu la visite de l’équipe de football américain de la Nouvelle-Orléans, championne du Super Bowl l’année dernière. C’était un déplacement au grand complet pour se rendre compte de la situation et apporter son état d’esprit de vainqueur aux bénévoles. Autographes, discours et visite de Fort Jackson, un joli fort à la Vauban, au nord-est de la commune de Buras-Triumphe, qui sert actuellement de base arrière aux nettoyeurs d’oiseaux mazoutés. Les bonnes paroles seront suivies de donations : les Saints organisent une vente de charité – le gagnant recevra, entre autre, un anneau identique, aux armes des Saints, à celui qui est donné aux joueurs vainqueurs du Super Bowl . Si le lot est rare, ce genre d’action n’est ni exceptionnelle ni opportuniste. Beaucoup de joueurs et d’entraîneurs de l’équipe possèdent leur propre fondation pour soutenir diverses causes. C’est un fonctionnement normal aux États-Unis.

Parmi les habitués des campagnes de récolte de fonds [4] et de soutien aux Louisianais figure le « pape » de la musique cajun. Chanteur environnementaliste engagé et militant humaniste, Zachary Richard est en colère. Lui qui avait décidé, début 2010, de ne penser qu’à la poésie, de dire avec des poèmes ses engagements et ses causes, « enlève les gants » devant l’ampleur du désastre.

Il y a des centaines de milliers de litres de pétrole qui giclent dans le Golfe du Mexique à tous les jours. Les habitants de la côte, moi avec, se préparent pour le pire. Il n’y a aucun doute que l’impact de cette catastrophe sera gigantesque et de longue durée. La question ultime est est-ce que l’écosystème et les communautés humaines qui en dépendent vont pouvoir survivre ?

Il explique. Les digues, les levées, mais surtout le creusement des canaux pétroliers qui rongent année après année la terre de Louisiane [5]. Les roseaux, ou herbe des marais, qui risquent de ne pas résister à cette nouvelle pollution.

L’autre coupable d’érosion est le système de chenaux de navigation et de canaux d’exploration pétrolière qui permettent à l’eau salée de pénétrer dans les marais avec en conséquence la mort des roseaux.
L’impact de l’industrie pétrolière sur l’écologie de la Louisiane est épouvantable. Depuis les années 1940, plus de 12.000 kilomètres de canaux ont été creusés. La largeur du canal ne représente pas un grand problème. Cependant, l’excavation des canaux met en branle une suite d’évènements néfastes. Les rives des canaux sont éventuellement érodées par les vagues des bateaux. En 10 ans, la largeur du canal peut doubler. Les levées qui bordent le canal, créé avec la terre creusée, empêchent l’égout naturel, entassant une partie du marais, inondant l’autre. L’eau salée du Golfe s’introduit via le canal. L’herbe (roseau) est tuée par le sel, la racine meurt, la terre est dissoute et le marais disparaît cédant la place à l’eau. 
Une étude récente par le United States Geological Survey explique un phénomène associé. Les puits de forage soustraient des milliards de litres de sels et minéraux dans le sous sol des marécages, ce qui occasionne l’effondrement du marais. Choisissez votre poison : intrusion saline ou extraction souterrain. L’effet est le même : la mort du marais. 

Il dénonce. La Louisiane qui meurt du pétrole, alors qu’elle aurait pu en prospérer :

Dans les années 1930 et 1940, la politique louisianaise a trouvé une entente avec l’industrie pétrolière. Contre une partie des profits, on a donné carte blanche aux compagnies. (…)
La Louisiane aurait pu avoir une industrie pétrolière robuste ET un marais sain. Ceci aurait obligé les compagnies pétrolières d’assumer la responsabilité de la réparation des dégâts qu’elles ont causés. Mais il y a un éléphant dans les salons du pouvoir en Louisiane, et il s’appelle Shell, Exxon ou BP, et on tremble à la pensée de le déranger. L’éléphant résiste tout ce qui touche à ses profits éléphantesques. L’industrie pétrolière est tellement puissante politiquement qu’il est impensable de la contrarier. Aucun politicien Louisianais n’oserait proposer que les compagnies pétrolières réparent les dommages qu’elles ont créés. Et pourtant...... 

Comme ce n’est pas avec des « si » que l’on met le pétrole en barils et surtout que l’on nettoie les côtes, Zachary Richard, après avoir tenté, en vain, de devenir volontaire – il faut se faire engager par BP et être formé à la manipulation de produits chimiques dangereux – a décidé que la meilleure chose à faire était … de créer une fondation.

Nos conversations pendant les premiers jours de la catastrophe nous ont fait comprendre que la meilleure façon pour venir en aide ne sera pas de se faire engager par la BP et de mettre sa santé à risque. (La semaine passée, 7 ouvriers ont été hospitalisés ayant eu des réactions violentes soit au benzine qui flotte sur la nappe de pétrole ou au dispersant chimique, Corexit, qui est extrêmement toxique.) Nous avons décidé que le focus de nos efforts sera de conscientiser les gens et de trouver des fonds pour venir en aide au pêcheurs et à leurs familles touchées par le sinistre. Il y en a beaucoup qui sont complètement abandonnés. À la veille de l’ouverture de la saison, ils ont vu leur avenir sombrer dans une mare de pétrole. Qu’une minorité a été embauchée par la BP. Ce sont les autres que nous espérons aider.
Pour qu’on puisse agir efficacement, Valérie et moi avons besoin d’un allié capable d’organiser une fondation rapidement et de la faire fonctionner. On a fait appel à son cousin, Todd Mouton. Je connais Todd depuis longtemps. C’est un homme sensible et compétant et très actif dans l’action communautaire. Et voilà comment GULF AID ACADIANA fut fondé. Trois personnes qui sont outrés et attristés par la fuite du Deepwater Horizon. Cette catastrophe aura un impact terrible sur notre communauté. La côte louisianaise, son écologie, son économie, ses populations de faune et de flore ainsi que la communauté humaine qui en dépend vont souffrir pour longtemps. 

Tout est dis. Maintenant il faut agir. Aidez nous si vous pouvez

Source de l’illustration : Zachary Richard

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

[1America’s thoughts and prayers are with all those affected by the oil spill in the Gulf of Mexico soit « Les pensées et les prières des Américains vont à tous ceux qui sont affectés par la marée noire dans le Golfe du Mexique » : cette phrase ne vient ni d’un pasteur ni d’un politique mais de l’Institut pétrolier américain

[2Il n’y a qu’en Louisiane que les comtés portent le nom de paroisse

[3la paroisse compte 2 187 km2 de terre émergée et 4 102 km2 d’eau

[4Zachary Richard s’était déjà beaucoup impliqué dans les actions d’aide aux musiciens de la Nouvelle-Orléans après Katrina

[5Le sud de la Louisiane est un mélange complexe de terre et d’eau, des eaux douces du Mississippi et des eaux salées du Golfe. Voici un schéma pédagogique des différentes étapes entre la terre ferme et la pleine mer


Blogueville

Le cheval est un des symboles de l’Amérique. On le chérit et surtout on ne le mange pas... mais on en exporte la viande.

Caamano Sound est serait le point d’arrivée de l’oléoduc Northern Gateway. Ils doit alimenter des super-pétroliers à destination de la Chine, notamment. (Voir la vidéo contenue dans l’article)

Sous les tempêtes de sable de l’Arizona. Occasionnel, le phénomène devient de plus en plus fréquent.

Débats autour de la taxe carbone dans les territoires du Nord-Ouest et du projet de gazoduc qui devrait livrer le nord-canadien aux pétrolières.

Les Territoires du Nord-ouest sont en passe de devenir les gérants de leurs ressources naturelles. Une décision qui ne plaît pas aux Premières nations et qui pourraient avoir des conséquences importantes sur l’environnement.

La société grenobloise POMA reconstruit le tramway de New-York. Un transport par câble de plus de 960 mètres entre l’île Roosevelt et Manhattan.