L’envolée des prix de l’essence aux États-Unis

Le vendredi 19 octobre 2012 par Asteur-Amérique

Y-a-t’il produit plus fondamental aux sociétés et aux économies occidentales que l’essence et, de façon plus large, le pétrole ? Probablement pas. Sans lui, tout s’écroule. Les débats et les enjeux politiques et économiques autour du projet d’oléoduc Keystone XL en témoigne. Un tel projet n’aurait vraisemblablement pas posés de problème particulier il y a 20 ou 30 ans, mais aujourd’hui, il fait ressortir deux visions de la société. Celle qui considère qu’il faut à tout prix trouver de nouvelles sources d’énergies fossiles, forer sans retenue, pour la croissance, les emplois, pour continuer comme avant et maintenir, à tous prix, le mode de vie américain du XXe siècle. Et celle qui se rend bien compte qu’il n’est plus possible de maintenir ce modèle, que les conditions environnementales (l’accès aux ressources aquifères par exemple), climatiques, et tout simplement énergétique (le pétrole est de plus en plus difficile à extraire et devient de plus en plus rare) ne le permettent plus. La seconde nous semble la plus réaliste mais comment le démontrer simplement ?

Le pétrole, l’essence, le diesel sont des produits qui s’achètent et qui se vendent sur un marché relativement libre aux États-Unis. Leur prix est donc un indicateur assez précis de leur rareté relative ; autrement dit, de la tension croissante entre une demande qui ne faiblit pas et une offre de plus en plus difficile à fournir. Or, que voit-on dans le dossier que nous venons de publier sur le prix de l’essence et du diesel aux États-Unis ?

1 gallon d’essence, soit un peu moins de quatre litres, se vendaient autour de 1 dollars au début des années 2000. Il est aujourd’hui trois à quatre fois plus cher. La crise de 2008 n’aura produit qu’une baisse brutale, mais passagère, très vite comblée. L’Amérique est entrée dans l’ère du pétrole cher et elle va devoir faire avec. Il devient alors très réaliste de changer de modèle.

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

Blogueville
Clefs :