Les gaz de schiste et l’environnement
Dossier | Gaz de schiste, l’expérience québécoise

Le jeudi 3 février 2011 par La rédaction

Cela peut paraître paradoxal, mais l’une des raisons pour lesquelles le gaz de schiste, donc le gaz naturel, est exploité consiste à dire que le gaz naturel est une des énergies fossiles les moins polluantes. Bien entendu, il faut tenir compte de tous les aspects. Sur cette page seront donc regroupée les données qui plaident en faveur du gaz et celles qui plaident contre [1].

Voir aussi : Gaz de schiste : les problèmes de l’eau

................................................................................................................................
La production de gaz de schistes : quelles pollutions
................................................................................................................................

  • Les camions

Forer et exploiter des puits de gaz de schiste nécessite une grande quantité d’eau qui arrive généralement par camion. Le BAPE a donc demandé des simulations d’exploitation pour connaître la quantité de camions nécessaire. L’étude suivante donne pour un site composé de 8 puits :
- 1072 camions dont 600 ne servent qu’à pour la fracturation si toute l’eau est amenée sur site par camions.
- 121 camions s’il est possible de raccorder le site par un aqueduc

DB16.1 / ASSOCIATION PÉTROLIÈRE ET GAZIÈRE DU QUÉBEC. Nouvelle version du document DB16 : Cas de projet pilote – Un site à puits unique, eau transportée par camion, cas de développement – 8 puits par site, eau transportée par pipeline et nombre de camions utilisés en moyenne durant la phase forage et complétion, 7 octobre 2010, 2 pages.

................................................................................................................................
Le gaz naturel : argument du « développement durable »
................................................................................................................................

Le mazout lourd est un des principaux combustibles pour le chauffage des habitations québécoises mais son usage est extrêmement polluant. Le Programme de réduction de consommation de mazout lourd de l’Agence de l’efficacité énergétique québécoise prévoit donc une transition vers la consommation de gaz naturel, appuyée de subvention.

« Ce programme de l’Agence de l’efficacité énergétique permet aux consommateurs de mazout lourd de prendre le virage du développement durable et d’améliorer leur position concurrentielle en réduisant leur consommation. Une aide financière est offerte pour la réalisation d’analyses ainsi que pour l’implantation de mesures d’efficacité énergétique visant le mazout lourd ou pour la conversion vers des formes d’énergie moins polluantes telles que le gaz naturel, la biomasse forestière et l’électricité. Ce
programme est financé par le Fonds vert dans le cadre de l’action 1 du Plan d’action 2006-2012 sur les changements climatiques (PACC). »

DB72 / MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE LA FAUNE. Programme de réduction de la consommation du mazout lourd, 1 page et annexe.

Comme le rappelle le Ministère des finances québécois, tout le gaz, soit 13% du bouquet énergétique québécois ne provient pas du Québec, mais est importé des Provinces de l’Ouest canadien

DB51 / MINISTÈRE DES FINANCES. Présentation de monsieur Luc Monty relativement à l’exploitation du gaz naturel au Québec, 12 octobre 2010, 21 pages.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :
Notes :

[1Rappel : les citations suivantes ne sont que des extraits donnés dans le désordre des documents mis à la disposition du public par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement ; nous vous invitons à aller les lire dans leur intégralité pour plus d’information.


Blogueville

Comme dans tous les pays où le nucléaire est présent, la centrale de Fukushima amène les Etats-unis à revoir la sécurité de leurs installationsnucléaires surtout en zone à risque sismique.

L’armée américaine s’équipe massivement de panneaux solaires pour ne plus avoir - ou le moins possible - à dépendre du fuel. Pour respecter la loi, elle devrait les acheter uniquement s’ils sont fabriqués aux États-unis, mais ce n’est pas toujours facile...

Le nouvel eldorado des poseurs d’éoliennes est au large des côtes, mais l’éolien de grand large pose des problèmes : il faut pouvoir ramener le courant...

Les carburants à base d’algues génétiquement modifiées sont une des voies de recherche pour le biocarburant. Mais attention aux marées vertes... dans le désert.

Les gaz de schistes sont la nouvelle affaire du Québec qui hésite entre richesse naturelle à exploiter et risques environnementaux à ne pas subir. Certain n’ont cependant aucune hésitation. Ils sont déjà rangé du côté des pétroliers. La vidéo de Radio Canada associée à l’article est très pédagogique. A voir.

L’éolien au large se développe aux États-unis, notamment sur la côte Est. La signature de ce bail, pour l’implantation d’un parc éolien aux larges des côtes de la péninsule de Nantucket devrait accélérer le mouvement.