Les expériences canadiennes et américaines
Dossier | Gaz de schiste, l’expérience québécoise

Le jeudi 3 février 2011 par La rédaction

Les gaz de schistes sont exploités depuis longtemps, au États-unis, un peu partout, comme au Canada, surtout dans les provinces de l’Ouest. Les expériences américaines et canadiennes servent donc de référence au BAPE, à la fois pour connaître les techniques de capture du gaz de schiste, mais également les risques.

Ce document est une simple liste de rapports, disponibles en ligne, provenant soit de l’Agence de protection de l’environnement des États-unis, soit d’organisme de l’Ouest canadien. Elle est surtout axées sur les risques (explosion de puits, contamination des eaux, etc.)

DB65 / MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX. Références en lien avec des incidents ou contaminations de la nappe phréatique ainsi que sur le programme de recherche de l’EPA sur la fracturation hydraulique, 12 octobre 2010, 2 pages.

« Ce document préparé pour Otsego 2000 daté du 25 Mars 2010, est une
compilation qui inclut des extraits des rapports et articles journalistiques provenant des sources diverses, que résument des problèmes et différends ayant surgi dans sept communautés à travers les régions des États Unis où des compagnies utilisent la méthode de fractation hydraulique comme moyen
dʹextraction du gaz contenu dans les formations de schiste. Ces communautés sont : Dimock, en Pennsylvanie ; Dish, au Texas ; Shreveport en Louisianne ; De‐Berry, au Texas ; Pavillion, au Wyoming ; Farmington, au Nouveau Mexique, et Silt, au Colorado. »

> http://www.otsego2000.org/

DC18 / Communities that have Experienced Hydraulic Fracturing Methods, compilation d’extraits des rapports et articles journalistiques résumant des problèmes vécus avec la méthode de fracturation hydraulique, 25 mars 2010, 1 page.

...............................................

FRACTURE LINES : Will Canada’s Water be Protected in the Rush to Develop Shale Gas ? ; By Ben Parfitt For the Program on Water Issues, Munk School of Global Affairs at the University of Toronto, September 15, 2010

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :
Notes :

Blogueville

Comme dans tous les pays où le nucléaire est présent, la centrale de Fukushima amène les Etats-unis à revoir la sécurité de leurs installationsnucléaires surtout en zone à risque sismique.

L’armée américaine s’équipe massivement de panneaux solaires pour ne plus avoir - ou le moins possible - à dépendre du fuel. Pour respecter la loi, elle devrait les acheter uniquement s’ils sont fabriqués aux États-unis, mais ce n’est pas toujours facile...

Le nouvel eldorado des poseurs d’éoliennes est au large des côtes, mais l’éolien de grand large pose des problèmes : il faut pouvoir ramener le courant...

Les carburants à base d’algues génétiquement modifiées sont une des voies de recherche pour le biocarburant. Mais attention aux marées vertes... dans le désert.

Les gaz de schistes sont la nouvelle affaire du Québec qui hésite entre richesse naturelle à exploiter et risques environnementaux à ne pas subir. Certain n’ont cependant aucune hésitation. Ils sont déjà rangé du côté des pétroliers. La vidéo de Radio Canada associée à l’article est très pédagogique. A voir.

L’éolien au large se développe aux États-unis, notamment sur la côte Est. La signature de ce bail, pour l’implantation d’un parc éolien aux larges des côtes de la péninsule de Nantucket devrait accélérer le mouvement.

Clefs :