Statistiques des thés américains

Le lundi 15 novembre 2010 par Asteur-Amérique

Les Tea Parties sont une nébuleuse très difficile à appréhender à la fois dans les idées, comme dans les différents groupes qui se revendiquent de cette appellation. L’histoire même des mouvements n’est pas simple mais une chose est sûre : ces mouvements se sont construits ou structurés dans une opposition sévère à la présidence de Barack Obama.

Tendances racistes

Mouvement libertarien, le sénateur Ron Paul est un de ses « pères », leur opposition est majoritairement d’ordre économique. Ils réclament essentiellement moins de taxe, d’administration, surtout fédérale, de régulation, etc. Mais beaucoup d’entre eux sont aussi conservateurs, voire très conservateurs. Le retour aux valeurs chrétiennes, fondatrices, selon eux, des États-unis est l’un de leur principaux combats.

Inévitablement, avec leur positionnement à la droite du parti républicain, les Tea parties étaient amenés à attirer des individus et des groupes racistes [1], résidus du Ku Klux Klan, cultivant le culte de l’Amérique blanche, par exemple. Les idées libertariennes poussées à l’extrême, comme celle Rand Paul - le fils de Ron et candidat dans le Kentucky -, qui n’ont pas de fondement raciste, sont, néanmoins, aussi de nature à ne pas entraver la ségrégation raciale : au nom de la liberté et de la propriété privé, chacun étant absolument libre de faire ce qu’il veut chez lui, la ségrégation de la clientèle par les tenanciers de boutiques ou de restaurants, est un droit. La différence avec les mouvements ouvertement racistes est qu’il s’applique, a priori, à tout le monde : un restaurateur noir a le droit de ne servir que des clients noirs.

Ces tendances ont eu pour effet d’inquiéter très tôt les institutions et les associations plus libérales et de défense des minorités. Elles ont donc surveillé le mouvement. Le rapport de la NAACP, l’Association nationale pour la promotion des personnes de couleurs, publié en partenariat avec l’Institut pour la recherche et l’éducation sur les droits de l’Homme est le fruit de ses inquiétudes et de l’observation attentive des mouvements depuis un an et demi [2].

Des groupes atomiques

La cartographie donne une vue d’ensemble très intéressante et claire. Elle met en valeur l’extrême atomicité des groupes. L’un des plus représenté, le Tea Party Patriots, n’a que 210 membres dans son groupe de Chicago, 123 membres à Dallas, Texas, 175 à Denver, Colorado ; ResistNet n’a que 87 membres dans son groupe de Seattle, 58 à la Nouvelle-Orléans, 153 à Miami. La plupart du temps, les groupes n’atteignent pas les 5 membres, encore plus difficilement la vingtaine. Au delà, ce sont des exceptions, principalement dans les villes peuplées [3]. Le Tea Party Express est lui quasiment inexistant en tant que formation populaire. Il n’a pratiquement pas de groupes locaux, juste des personnes relais.

D’importantes différences de nature existent donc entre ses mouvements. Si certain comme le Tea Party Patriots, sont réellement populaires et mobilisent des citoyens de toute condition à travers le pays, d’autre comme le Tea Party Express sont plutôt des mouvements politiques qui ne cherchent pas à avoir une large base, d’où leur quasi-inexistence cartographique. Ils s’organisent de préférence autour de donateurs. Leur objectif est de faire passer un message - le Tea Party Express a fait circuler des bus dans tous les États-unis et tire son nom de là - et donc d’avoir les moyens financiers nécessaires pour le faire. Entre les deux, toute une gamme de nuances existe. Le Tea Partie Nation, par exemple, est une organisation disposant d’une base assez large, mais qui n’en est pas moins à but lucratif. Le mouvement est piloté par des entreprises privées de communication et de mercatologie politique. Un de leur travail est la collecte de millions d’adresses courrielles pour être ensuite utilisées dans les campagnes au profit des candidats, généralement républicains. Le Tea Party Patriots, le mouvement populaire et libertarien de Ron Paul, est donc l’organisation la plus pauvre.

Outre la liste et la cartographie des groupes et des mouvements, le site en raconte l’histoire et en donne des descriptions assez précise. Leur blogue suit les différents membres, pas forcément les plus en vue, mais plutôt ceux qui se positionnent sur des thèses ouvertement raciste.

Les Tea Parties et le chômage

Une de leurs études, pour finir, tant à démontrer qu’il n’y a pas de corrélation entre le taux de chômage dans une ville, par exemple, et l’adhésion aux Tea Parties ; les employés ne deviendraient donc ni libertariens, ni conservateurs, en perdant leur emploi. Cela vient confirmer l’étonnement de certain journaliste, toujours surpris de voir des gens, percevant des salaires raisonnablement bons, aller militer dans ces mouvements. La masse des Tea Partie est, en réalité, probablement constituée de gens des classes moyennes, ou classes moyennes supérieures, n’ayant pas encore été touchés par la crise. Ils ont, néanmoins, senti le vent du boulet, et pressentent que les États-unis sont entrés dans une mauvaise période. Pour y remédier, avant qu’il ne soit trop tard pour eux, ils se tournent vers les recettes, ou les supposées recettes, qui ont fabriqué l’Amérique et fait d’elle la grande puissance qu’elle est devenue : liberté d’entreprendre, christianisme, patriotisme, etc. Plus que le taux de chômage, les craintes des classes moyennes, quant à leur niveau de vie, seront les clefs de voutes de ces mouvements. Il ne faut pas s’étonner que les taxes fédérales aient été, dans ce contexte, l’élément de cristallisation de la contestation des Tea parties : les citoyens usaniens inquiets pour leurs retraites [4] ne se sentent plus enclin à partager. L’individualisme culturel reprend ses droits avec force. La condamnation de toute régulation écologique [5], notamment des marchés de la pollution, est un autre signe qui ne trompent pas. Renoncer à un idéal de vie, le plus énergivore de la planète, parce que l’énergie va devenir de plus en plus cher, ne va pas être facile. Les Tea Parties, en somme, sont la réaction allergique d’une nation soumise à de grands bouleversements. Espérons simplement que les États-unis n’en tombent pas malade.

Pour plus de données, consulter le sitoile Tea Party Nationalism, dans la langue de Shakespeare uniquement.

Source de l’illustration : Tea Party Nationalism

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

[1Contrairement à ce qui a pu être écrit, les Tea Parties ne sont pas un mouvement uniquement blanc. Comme le rappelle la NAACP, la majorité du mouvement n’est pas raciste et compte des Noirs et des Latinos dans ses rangs

[2La majorité des cartes et des statistiques données sur ce site sont d’origine numérique ; ces deux organisations n’ont pas fait d’enquêtes, in situ, dans les différents groupes, ils ont compilé et analysé des données disponibles en ligne et « aspirées » par des robots. Il y a donc obligatoirement un écart plus ou moins grand entre l’image statistique qu’ils dessinent et la réalité des Tea Parties

[3Les données sont téléchargeables à partir des cartes sous la forme de tables

[4d’autant que celles-ci ont fondue comme neige au soleil avec la crise financière

[5Condamnation qui n’est d’ailleurs pas propre aux Tea Parties, des Démocrates comme le gouverneur de la Virginie occidentale, Joe Manchin, n’en sont pas non plus partisans


Blogueville

Le « vendredi noir » marque le début des soldes et des fêtes de Noël... et de la ruée vers les achats à crédit.

Les mesures anti-syndicales dans les états de la Rust Belt prises au printemps derniers sont désormais confrontées au vote des électeurs, dans l’Ohio comme dans le Wisconsin.

L’environnement va être au cœur de la campagne présidentielle de 2012, mais les positions se radicalisent. Les climato-sceptiques redonnent de la voix et les écologistes manifestent.

Y-a-t-il plus de points communs ou de différences entre les mouvements d’occupation et les Tea Parties ?

America Polyphony livre ici son analyse des chances du candidat républicains Mitt Romney, ses points forts ou faibles, à la présidentielle de 2012.

Pour chasser les fausses rumeurs lors de la prochaine campagne présidentielle, Barack Obama lance son réseau de sentinelles virtuelles.