Regards sur les Appalaches
Filmer et témoigner de la destruction des montagnes

Le lundi 11 octobre 2010 par Asteur-Amérique

Le combat des associations et de militants pour la fin de l’exploitation minière des Appalaches passe, en partie, par l’image et le film. Plusieurs ont été réalisé, certain sont disponibles en visionnage libre sur la Toile, d’autres offrent des bandes-annonces, d’autres encore sont en projet. Tous racontent l’histoire de cette confrontation, les américains parlent de guerre civile, économique et environnementale qui oppose, d’un côté, les industries minières et les milliers de mineurs qu’elles emploient, dans des états souvent ravagés par d’important taux de chômage, et, de l’autre, des associations et des individus qui mènent un combat acharné pour préserver les montagnes mais surtout leur qualité de vie. Au dessus de ce combat, l’ensemble des États-unis pour qui le charbon est une ressource vitale.

Tous ces films sont en anglais, mais les images parlent souvent d’elles-mêmes.

Levelling Appalachia : legacy of the mountain top removal
Le nivellement des Appalaches : le legs de la décapitation des montagnes.

Cette vidéo d’une vingtaine de minutes est d’une excellente qualité et constitue une bonne introduction, très universitaire et policée, au problème. Réalisé par MediaStorm en partenariat avec Yale environment 360, un site de l’école des études forestières et environnementales de l’Université de Yale, elle confronte les points de vue entre les industriels, les responsables politiques (dont Ken Hechler) et, les scientifiques, les défenseurs de l’environnement et les habitants, souvent victime, dans l’un des états les plus touché par cette technique d’extraction : la Virginie occidentale.

Plus nombreux sont les documentaires à acheter, parce qu’ils sont plus longs. Néanmoins, des résumés existent en ligne également.

Coal Country
Le Pays du charbon

Ce documentaire extrêmement militant a été réalisé en 2010 par Mari-Lynn Evans et Phyllis Geller. Tourné lui aussi en Virginie occidentale, il présente les différents acteurs de ce conflit dans un style beaucoup plus vif que le précédent. Quelques vidéos sont disponibles en ligne, mais leur site propose énormément de contenus supplémentaires, dont un blogue.

Burning the future : Coal in America
Brûler l’Avenir : le charbon en Amérique

Ce film offre probablement une vision plus historique et factuel du problème. Il insiste sur les conséquences environnementales (pollution de l’eau) mais aussi sociales et sanitaires de l’exploitation des mines par décapitation. Il a été réalisé en 2008 par David Novack. Deux longs extraits de Burning the Future sont en ligne ici.

Mountain Top Removal
La décapitation des monts

Dans la même veine militante que Coal Country, mais réalisé en 2007 par Hay River Film, Mountain Top Removal bénéficie d’une présentation en ligne beaucoup moins fournie que le premier. Néanmoins, la bande annonce diffusée sur YouTube donne accès à toute une série de vidéos sur le même sujet.

The Coal War
Fighting to save a mountain and its people

La guerre du charbon
Combattre pour sauver une montagne et ses habitants

Ce documentaire est toujours en projet. Il peine visiblement à réunir les sommes nécessaire à sa production. Vous pouvez faire une don, ils ont réalisés une animation très charmante pour cela.

Il sera probablement réalisé par la même équipe que celle de la vidéo diffusée sur le site Yale environment 360. Certaines images sont identiques. C’est une équipe composée de jeunes journalistes de renom, la plupart spécialistes du documentaire et récompensés pour leur travail.

Si ce documentaire voit le jour, il sera en mesure de passer dans les médias nationaux, voire internationaux (un article est déjà paru dans le New York Times) ; il en respecte la forme, militante mais très policée avec de belles images, et sera surtout écrit comme un film hollywoodien : c’est l’histoire d’une grand-mère qui voulait sauver ses montagnes...

L’histoire se passe toujours en Virginie occidentale et plus précisément sur la montagne de Coal River où l’entreprise Massey Energie joue de l’explosif ... vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. Elle doit engloutir 3 000 hectares de montagnes environ. Mais ici, le combat dépasse le cadre de la lutte contre le charbon. Il est symbolique de la lutte entre les énergies fossiles et les énergies renouvelables.

Un projet de ferme éolienne existe pour ce site. Même si les rendements de l’éolien sont plus instables et même si cette technologie pose d’autres problèmes (nuisances sonores et lumineuses, irrégularité de la production, etc.), comparée aux mines de charbon elle propose un avenir bien plus radieux, vert et de long terme aux habitants du comté de Raleigh (voir la vidéo ici). Comme le dit l’un deux : « quand nous serons assis sur un tas de cailloux et de débris, nous nous demanderons, et maintenant, que faisons nous ? » Car lorsque la montagne sera détruite, les éoliennes seront inutiles : les installer au fond d’un trou ne sert à rien...

Photographies et dessins.

Le film et la vidéo n’est pas la seule façon de témoigner du massacre en court dans les Appalaches. La photographie et le dessin jouent aussi leur rôle dans ce combat.

Mountain Top Removal
La décapitation des montagnes
Le travail photographique de Melissa Farlow.

Melissa Farlow est une photojournaliste indépendante reconnue - elle a obtenu le prix Pulitzer, en 1976, pour son travail sur les écoles de Louisville, alors qu’elle travaillait pour le Louisville Courrier-Journal and Times -, travaillant essentiellement pour le National Geographic. Ses reportages s’effectuent aussi bien aux États-unis que dans le reste du monde. Associée à un autre photojournaliste, Randy Olson, leurs photographies sont disponibles sur olsonfarlow.com.

Son travail sur la décapitation des montagnes en Virginie occidentale montre les dégâts de cette technique sur l’environnement mais aussi sur les communautés qui vivent alentours. Pour nettoyer le charbon, les mineurs le lavent, utilisant des tonnes d’eau et des produits chimiques de façon intense. Résultat, l’eau sort du robinet rouge et empoisonnée, imbuvable. Les poussières des explosions envahissent l’espace. L’air devient irrespirable. Les habitants fuient ses montagnes alors que les Appalaches constituent une des réserves écologiques majeures des zones tempérées. C’est aussi une culture singulière d’Amérique du Nord qui s’en va.

Voices of Appalachia.
Les voix des Appalaches.

Ce projet dont le titre exact est “Voices for Appalachia – A Portrait-Story Project – Written and Narrated by Hundreds.” - « les voix des Appalaches, un projet de portraits-témoignages, écrit et raconté par des centaines de gens » - est un projet de l’organisation Mountain Justice qui regroupe des associations plus locales luttant contre la décapitation des montagnes.

Depuis le début, Mountain Justice a pour vocation de témoigner de la souffrance des habitants, riverains des mines. L’organisation est née après l’évènement du 20 août 2004 : à 2h30 du matin, un rocher d’une demi-tonne est poussé sur le flanc de la montagne, dans sa chute, il rebondit sur une excroissance rocheuse et s’envole. Sa course aérienne se termine dans la chambre de Jeremy Davidson, un enfant de trois ans. Il est tué sur le coup.

Le projet Voix des Appalaches, proprement dit, n’a débuté qu’en 2008. Après 2005, des associations louisianaises avaient demandé aux victimes des ouragans Katrina et Rita de témoigner par écrit. C’est cette idée qui a été reprise et depuis 2 ans, Mountain Justice reçoit ainsi des témoignages, souvent accompagnés de portraits, venant de toutes les Appalaches. Des centaines de gens écrivent ou recueillent des récits, en anglais mais aussi en espagnol, se dessinent ou se font dessiner par d’autres. Cet ensemble constitue, peu à peu, un vaste témoignage, unique en son genre, de ce combat entre les industriels et les habitants. La guerre du charbon aura aussi ses mémoires.

Revisiting Appalachia ( Revoir les Appalaches).

Builder Levy est journaliste et photographe. Dans les années 70-80, il était allé photographier les mines et les mineurs du Kentucky et de Virginie occidentale. Il y est retourné en 2004. Ces photographies sont disponibles sur le site de la fondation Alicia Patterson, consacrée au journalisme.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

Blogueville

Comme dans tous les pays où le nucléaire est présent, la centrale de Fukushima amène les Etats-unis à revoir la sécurité de leurs installationsnucléaires surtout en zone à risque sismique.

L’armée américaine s’équipe massivement de panneaux solaires pour ne plus avoir - ou le moins possible - à dépendre du fuel. Pour respecter la loi, elle devrait les acheter uniquement s’ils sont fabriqués aux États-unis, mais ce n’est pas toujours facile...

Le nouvel eldorado des poseurs d’éoliennes est au large des côtes, mais l’éolien de grand large pose des problèmes : il faut pouvoir ramener le courant...

Les carburants à base d’algues génétiquement modifiées sont une des voies de recherche pour le biocarburant. Mais attention aux marées vertes... dans le désert.

Les gaz de schistes sont la nouvelle affaire du Québec qui hésite entre richesse naturelle à exploiter et risques environnementaux à ne pas subir. Certain n’ont cependant aucune hésitation. Ils sont déjà rangé du côté des pétroliers. La vidéo de Radio Canada associée à l’article est très pédagogique. A voir.

L’éolien au large se développe aux États-unis, notamment sur la côte Est. La signature de ce bail, pour l’implantation d’un parc éolien aux larges des côtes de la péninsule de Nantucket devrait accélérer le mouvement.