Les vies invisibles
Jon Lowenstein, photographe des migrants latino-américains

Le lundi 28 novembre 2011 par Asteur-Amérique

Les photos sont fortes, violentes même. Les vidéos montrent les retours à la frontière, la misère et la mort brutale au quotidien. Elles montrent aussi les naissances, les cultes, la vie de famille...

Depuis dix ans, le photographe Jon Lowenstein suit les immigrants latino-américains dans leur poursuite du rêve américain. Son premier reportage couvrait les difficultés que rencontrent les journaliers de Chicago pour trouver, chaque jour, un nouveau travail. Depuis, il parcoure les États-Unis, le Mexique, voire le plus lointain Guatemala pour comprendre tous les aspect de ce vaste mouvement de population.

Comme beaucoup de photographes de l’agence NOOR, son travail, soutenu par différentes organisations comme la fondation Alicia Patterson, la Bourse Getty pour la photographie éditoriale, l’Alliance Blue Earth, dépasse le simple cadre journalistique. L’objectif affiché est de constituer un ensemble d’archives sur l’une des plus importantes questions sociales auxquels sont confrontés les États-Unis d’aujourd’hui. L’immigration en provenance d’Amérique centrale et latine est si forte qu’elle interroge profondément la société et la nation américaines. Économiquement, socialement, juridiquement, et bien sûr politiquement elles sont chamboulés. La question de l’immigration est devenu un sujet de controverse en Arizona il y a quelques mois et elle reste un sujet brûlant partout aux États-Unis, surtout en période de campagne électorale.

- À voir sur Shadow Live USA.

- L’ensemble du travail de Jon Lowenstein se trouve sur son sitoile : www.jonlowenstein.com

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Source de l’illustration : Un des prisonnier de la Cité des tentes, en Arizona. Cette « cité » est en fait l’extension d’une prison constituée uniquement de tentes. Les prisonniers y sont exposés à la chaleur le jour et au froid de la nuit. Cette prison est surtout connue pour son style vestimentaire : des tenues de prisonniers rayés et des sous-vêtements roses, conçus comme une punition supplémentaire pour ces hommes hors-la-loi, fiers de leur virilité. Voir ici le reportage de Jon Lowenstein.

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

Blogueville

Petites réflexions ce qui poussent françaises et français à s’installer de l’autre côté de la grande mare.

Le cannabis favorise les rencontres... mais certaines sont moins sympathiques que d’autres.

Quand les immigrants chinois regardent le Québec par la serrure des Alliances française.

Quand les ouvrières américaines irradiaient...

L’anneau de pureté engage la jeune fille à rester vierge jusqu’à son mariage.

Les temps changent en Alabama, enfin presque.