Les Francos du Midwest
Héritage et modernité d’une francophonie en renaissance

Le vendredi 9 juillet 2010 par Asteur-Amérique

Il y a cinq années que Virgil Benoist, professeur de Français à l’Université du Dakota du Nord mettait sur pied le programme IF Midwest, pour Initiatives en Français Midwest.

« Projet culturel, les IF Midwest visent une meilleure compréhension du fait français dans le Midwest américain. Son premier champ d’action est la collecte d’information auprès des douzaines de personnes qui ont des connaissances approfondies des communautés qui, à l’origine, étaient partiellement ou entièrement de langue française. »

Le 9 et 10 juillet prochain aura lieu la convention annuelle des IF Midwest à Bismarck. Venus d’un peu partout, les intervenants se pencheront sur le vaste et complexe héritage des francophones du Midwest. Une histoire particulière et souvent méconnue.

Il y a 300 ans, l’explorateur français La Vérendrye rencontre les indiens Mandans et est le premier blanc à décrire ses régions. A partir de ce moment, ces territoires forment le nord de la Louisiane et tombent sous la domination française [1]. La toponymie du Midwest en porte les traces, à commencer par la capitale du Dakota du Nord, Grand Forks, nom anglicisé du français Les Grandes Fourches, parce que le lieu est à la confluence de la Rivière rouge et de la Rivière du Lac rouge. Un lieu idéal qui servait de point de rencontre commerciale pour les tribus Amérindiennes, entre elles, puis avec les trappeurs.

Fin XVIIIe et début XIXe siècle, les coureurs des bois du Bas-Canada, toujours à la recherche de territoires de chasse ou de commerce de fourrures, s’enfoncent toujours plus à l’Ouest. Eux-aussi rencontrent les Amérindiens Mandans ou Objiwas, surtout les femmes. Ces couples et leurs enfants, métis, de plus en plus nombreux au cour du XIXe siècle vont former des communautés particulières moitiés françaises, moitiés amérindiennes. [2] Les langues se mélangent également de façons diverses et à dominante française ou amérindiennes selon les endroits. La syntaxe, la prononciation, le vocabulaire se différencient du fait souvent de l’isolement. Ces communautés existent toujours de part et d’autre de la frontière comme l’Union nationale métisse de Saint-Joseph du Manitoba. [3]

Les terres du Midwest étant fertiles et propre à la culture, au XIXe siècle et au début du XXe siècle, beaucoup de Franco-canadiens, venus des provinces de l’Est, principalement du Québec, y immigrent et forment des communautés de cultivateurs. Aujourd’hui, les immigrants francophones viennent de beaucoup plus loin. Une communauté africaine francophone se forme petit à petit et s’agrège aux autres communautés.

Tout cet héritage francophone, les gens du Midwest l’on peu à peu perdu, surtout depuis la seconde guerre mondiale. Il fallait s’intégrer et oublier ses origines. « Mes grand-parents ne m’ont jamais parlé de cela », explique Myron Senechal au Bismarck Tribune « Aucune discussion n’était permise. C’était une sorte de secret ou quelque chose cela ». Myron Senechal, comme beaucoup d’autre a refait le voyage dans le temps, par la généalogie, et il est allé au Québec sur les traces de ses ancêtres.

Dans cette histoire et dans la prise de conscience d’une culture franco, la généalogie joue un rôle important. Certaines familles sont très anciennes. On abordera par exemple l’histoire des 400 premières années de quatre familles de Oakwood, Dakota du Nord : les Côté, Blondeau, Bernard et Colette. Dans ces terres, les histoires sont souvent croisées avec les autres communautés, notamment les Allemands ou les Scandinaves venus aussi coloniser ces territoires, mais de façon bien plus massive que les Français ou les Franco-canadiens. Le sitoile Chez Nous, par exemple, retrace ce type d’histoire généalogique.

Le travail commencé par Virgil Benoist et son équipe sera donc long et minutieux. Faire renaître une communauté, un patrimoine, de ses cendres n’est pas chose facile. Cependant, la graine a été plantée et elle commence à germer doucement. Cette convention 2010 n’est qu’une étape sur le chemin de la renaissance car comme le dit sa devise : je me souviens pour mieux imaginer.

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

[1Les Français n’ayant pas établis de colonies de peuplement dans ces régions, seulement quelques comptoirs et forts, la domination était surtout formelle

[2Les communautés métis, que l’on appelle aussi Méchifs ou Michifs du fait de leur prononciation particulière du Français, ou « Bois-Brûlé » à cause de leur couleur de peau cuivré, ont existé partout au Canada et dans le Nord des États-unis. Partout où les Blancs, Français mais aussi Anglais, Écossais, etc. s’unissait avec des Amérindiennes. Dans l’Ouest, cependant, ces communautés plus éloignées se sont moins assimilées que dans l’Est et en sont venues à former des communautés revendiquant une culture distincte.

[3On pourra lire une brève histoire des métis sur le site du gouvernement de la Saskatchewan


Blogueville

Doyen de la faculté des arts de Winnipeg au Manitoba et président de la société franco-manitobaine, Ibrahima Diallo est devenu l’une des figures de la lutte pour les droits des francophones dans la province.

Germain Tanoh est un mathématicien d’origine ivoirienne, créateur d’entreprise et fondateur de l’association Le repère francophone.

Le comité de développement économique des Territoires du Nord-Ouest renforce ses structures d’accueil pour les immigrants francophones.

Le Rond Point est la grande messe des francophones de l’Alberta. On y aborde à peu près tous les sujets. Le voici vu de l’intérieur.

Canadiens, Québécois, Africains ou autres, tous les francophones de Colombie-britannique n’auront plus qu’un seul centre d’accueil en français.

L’Archipel des communautés francophones d’Amérique du Nord ne cesse de révéler ses îles et îlots à celui qui voyage les yeux ouverts. Dean Louder nous emmène à Frenchtown, dans l’état de Washington.