Barrage, mon doux barrage !
où les castors des temps modernes

Le lundi 14 juin 2010 par Asteur-Amérique

Depuis quelques temps, les castors de l’Alberta font la une des journaux. Ils construisent le plus grand barrage du monde. Comme le rapporte l’Aquilon, le journal des franco-ténois, les francophones des Territoires du Nord-ouest :

C’est Jean Thie, un écologiste canadien, qui a découvert le barrage en 2007, en utilisant le logiciel Google Earth. Les médias ont d’ailleurs fait tourner l’affaire, étant donné qu’il est possible de voir ce barrage de l’espace ! « Je m’étais donné comme défi de trouver le barrage de castor le plus long du monde », a-t-il raconté, en interview, à L’Aquilon. Selon ses recherches, le barrage fait 850 mètres de longueur. À la lumière de ses découvertes, le second barrage le plus long atteignait 652 mètres. « Il semble que les castors sont en train de reconstruire leur environnement », a partagé M. Thie, en évoquant les dommages qui ont été faits par le commerce de fourrures. L’écologiste, une vraie mine de renseignements sur le castor, a comparé les photos de 2007 avec celles des années antérieures pour, finalement, estimer que la digue a été construite sur plus d’une vingtaine d’années. Elle se trouve au sud du Lac Claire, à 190 kilomètres au nord-est de Fort McMurray.

Ce barrage est situé dans le nord de l’Alberta dans l’un des plus grands parcs du monde, le Wood Buffalo. Il est exceptionnel car sa taille dépasse de loin celle des barrages traditionnels qui d’habitude n’excèdent pas la centaine de mètres. C’est cette taille exceptionnelle qui lui a permit d’être repéré de l’espace.

Le parc est un habitué de ce genre de records.

Avec ses 44 807 kilomètres carrés, ce parc est le plus grand parc national au Canada et la deuxième aire protégée au monde en superficie. À Wood Buffalo, on aime faire les choses en grand. C’est là que vit le plus gros mammifère terrestre en Amérique du Nord (un troupeau de 5000 bisons des bois), la parc abrite l’aire de nidification du plus gros oiseau d’Amérique du Nord (la grue blanche), et ce vaste parc comprend l’un des plus vastes deltas intérieurs d’eau douce du monde (le delta Paix-Athabasca). À présent, le parc se vante d’avoir le plus grand barrage de castors au monde !

Mais si ces castors sont des bâtisseurs de génies et bien tranquille dans leur parc, le pire les menace, et cela aussi est visible grâce à Google earth. Leur barrage est à moins de 150 km d’une zone d’extraction des sables bitumineux, qui polluent tant l’Alberta en ce moment, et à moins de 50 km de la rivière Athabasca ; autrement dit, ils ont les pattes dedans et les grandes quantités d’eau pompés par les raffineries comme les pollutions que la rivière transporte les menaces directement.

Espérons qu’ils sauront faire ... barrage !

::::::::: A lire aussi :::::::::
Auteur :

Renart Saint Vorles est un coureur des bois numériques nord-américains.

Notes :

Blogueville

Le cheval est un des symboles de l’Amérique. On le chérit et surtout on ne le mange pas... mais on en exporte la viande.

Caamano Sound est serait le point d’arrivée de l’oléoduc Northern Gateway. Ils doit alimenter des super-pétroliers à destination de la Chine, notamment. (Voir la vidéo contenue dans l’article)

Sous les tempêtes de sable de l’Arizona. Occasionnel, le phénomène devient de plus en plus fréquent.

Débats autour de la taxe carbone dans les territoires du Nord-Ouest et du projet de gazoduc qui devrait livrer le nord-canadien aux pétrolières.

Les Territoires du Nord-ouest sont en passe de devenir les gérants de leurs ressources naturelles. Une décision qui ne plaît pas aux Premières nations et qui pourraient avoir des conséquences importantes sur l’environnement.

La société grenobloise POMA reconstruit le tramway de New-York. Un transport par câble de plus de 960 mètres entre l’île Roosevelt et Manhattan.